Les actualités sur l’ACA et la TROCL

 

 Ici vous découvrirez les actualités touchant les organismes communautaires autonomes.

Les organismes communautaires autonomes rechargent leurs batteries

par | 17 Fév 2021 | Actualités, Communiqués

Visuel du communiqué de presse Les organismes communautaires autonomes rechargent leurs batteries - TROCL

Saint-Esprit, le 17 février 2021 – Cet avant-midi, ce sont plus de 300 travailleur.euses, personnes impliqué.es et participant.es d’organismes communautaires autonomes de 6 régions du Québec qui se sont rassemblés afin de prendre un temps d’arrêt pour recharger leur batterie. Pour animer cette rencontre, Yves Lambert, artiste lanaudois était de la partie pour divertir tout en musique et en conte ce moment privilégié. Les personnes présentes ont également pris le temps de discuter d’anecdotes cocasses ainsi que des bons coups vécus dans les organismes. Depuis bientôt un an, les organismes communautaires autonomes tiennent à bout de bras une partie importante du filet social, pendant la pandémie de la COVID-19. Pour souligner à leur façon la Journée mondiale pour la justice sociale qui aura lieu le 20 février, six regroupements régionaux d’organismes communautaires autonomes se sont mobilisés afin de créer une journée de ressourcement pour ces artisan.es qui visent à améliorer la qualité de vie dans leur communauté. Partout au Québec, des actions ont eu lieu aujourd’hui, dans le cadre de la campagne Engagez-vous pour le communautaire.

Citations régionales

Lanaudière :

Que ce soit pour soutenir les personnes vulnérables, pour créer des espaces pour contrer l’isolement, pour soutenir les personnes qui vivent de l’anxiété ou du stress et pour prendre la parole au nom des personnes oubliées dans la crise, le mouvement communautaire autonome a répondu présent dès le début de la pandémie. Nous sommes reconnaissant.es de l’agilité dont ont fait preuve les organismes communautaires autonomes dans cette situation plus qu’exceptionnelle. Toutefois, en s’adaptant et en actualisant leur mission par de nouveaux moyens, les personnes de notre mouvement nécessitent d’avoir des moments pour prendre soin d’elles. La pression, la volonté d’agir et la rapidité des changements ont un effet sur la santé physique et mentale des intervenant.es et des personnes impliquées. Nous souhaitons une forte reconnaissance du gouvernement québécois de l’apport social et économique des organismes.

Pierre Lafontaine de la TROCL

Estrie :

Dans le cadre de la journée de la justice sociale, nous tenons à rappeler au gouvernement qu’en ces temps de pandémie, les organismes continuent de remplir leur part du contrat social. Le délestage dans le réseau de la santé et des services sociaux a un impact sur notre milieu qui se retrouve plutôt seul à soutenir le filet social. Ceci participe grandement à l’épuisement vécu par nos travailleuses et nos travailleurs. Au-delà des fonds d’urgence, nous nous attendons à un soutien du gouvernement, et, cela passe par nous faciliter la tâche avec l’approvisionnement en masque et l’accès à la vaccination, par exemple. Or, depuis le début de la pandémie nous avons l’impression de toujours devoir nous battre, comme si nous quêtions. L’Estrie a sondé le taux d’épuisement dans les organismes et celui-ci se situe toujours en haut du 70 % depuis septembre.  

Claudelle Cyr du ROC-Estrie

Abitibi-Témiscamingue :

Au niveau de l’Abitibi-Témiscamingue, poursuivant sous la même thématique de la journée, le comité mobilisation de la région a organisé un salon santé et ressourcement pour le milieu communautaire de manière virtuel. Ainsi, plusieurs activités ont eu lieu : un conteur sur l’heure du midi, une séance d’étirement ergonomique, une conférence sur l’épuisement professionnel, une séance de yoga et d’art-thérapie. Il était important pour nous que les travailleuses et les travailleurs du mouvement prennent un moment pour recharger leur batterie. C’est notre façon de leur montrer à quel point, elles et ils font la différence au quotidien dans leur communauté.

David-Alexandre Desrosiers de la CROC-AT

Gaspésie-les-Îles-de-la-Madeleine :

Les groupes d’action communautaire autonome sont des lieux de prise en charge collective, des lieux de proximité et d’accueil. Il faut rapprocher les pouvoirs et les décisions d’eux, pour que les personnes qui y œuvrent, y contribuent et y sentent une résonance. Parce que lorsque les décisions se prennent loin des gens, c’est souvent désincarné et trop souvent irrespectueux. Avec la pandémie, nous remarquons à quel point les espaces démocratiques et de prise en charge, qu’on affaiblit depuis trop longtemps avec les différentes réformes et les périodes d’austérité, font actuellement la différence pour répondre adéquatement aux besoins des communautés.

Geneviève Giguère du ROCGÎM

Outaouais :

Malheureusement, ce sont souvent les gens déjà fragilisés qui sont les plus touchés par les crises. Les organismes communautaires et les syndicats travaillent pour améliorer les conditions de vie de ces gens et sont capables de se réajuster très rapidement. La crise actuelle a exacerbé plusieurs enjeux tels que l’itinérance, les conditions de travail, la santé mentale, le racisme systémique, les conditions de vie des aînés, l’effritement du filet social et la justice climatique. Les gouvernements doivent financer les services publics et les organismes communautaires à leur juste valeur afin de renforcer notre filet social qui s’effrite. Ils doivent aussi s’assurer que les droits humains fondamentaux sont respectés et donnent par exemple l’accès à un revenu décent, au logement, à une alimentation saine, à des soins de santé et à l’éducation universelle et de qualité.

Daniel Cayley-Daoust de la TROCAO

Nord-du-Québec :

Chaque région a été touchée de différentes façons par la pandémie. Malgré que dans le Nord-du-Québec nous avons été plutôt épargné, le stress subit par les personnes avec la grande quantité d’informations, la peur de voir le virus atteindre des gens d’ici ou d’ailleurs et la volonté de demeurer près des personnes de nos communautés compte tenu des mesures sanitaires ont affecté les personnes œuvrant dans les organismes. Chez les travailleuses et les travailleurs du communautaire, on a constaté une hausse de l’anxiété, un manque de motivation et un plus grand isolement dû au télétravail. Il est important que chaque région puisse avoir accès à des outils qui sont adaptés à leur réalité pour permettre la réalisation de la mission des organismes. C’est d’autant plus important dans le contexte actuel. Un financement adéquat, l’accès à de l’information claire et au moment des nouvelles consignes ainsi qu’un soutien aux travailleuses et travailleurs de l’action communautaire autonome sont nécessaires partout au Québec.  

Nathalie Ayotte de la TROC-10

En conclusion, la crise actuelle a démontré de nombreuses faiblesses dans notre filet social québécois. Comme le mentionne Lysianne Panagis, animatrice de la conférence de presse : « Une chance que le mouvement d’action communautaire autonome était présent et qu’il a su s’adapter rapidement ! Dès maintenant, nous souhaitons que le gouvernement du Québec s’engage à améliorer le financement des services publics et des programmes sociaux pour mettre fin aux inégalités sociales. Il n’est pas vrai que nous étions égaux face à la pandémie ». Les travailleur.euses des organismes communautaires autonomes connaissent les enjeux qui touchent la population : pauvreté, conditions de vie des personnes aînées, accès aux soins de santé, racisme systémique, etc. Le gouvernement a le devoir de reconnaître les expertises communautaires et d’agir dès que la situation le demande. Il a le devoir de mettre en place des solutions rapidement et pas uniquement quand il est pied du mur suite à une tragédie. Il est grand temps que les élu.es le reconnaissent et qu’ils s’engagent afin de renforcer nos capacités d’agir collectivement. C’est urgent ! »

-30-

Source :
Hugo Valiquette
Directeur de la TROCL
Téléphone : 450.839.6085

Informations complémentaires 

La TROCL regroupe 180 organismes communautaires autonomes de la région. Tous ont un objectif commun, celui d’améliorer la qualité de vie des Lanaudoises et des Lanaudois. Consultez notre page Facebook au www.Facebook.com/TROCL pour en savoir plus. Les OCA ont été créés par la population pour répondre aux besoins exprimés par celle-ci. De par leur fonctionnement démocratique, leur enracinement dans leur communauté et leurs approches humaines et globales, ils sont un élément clé du maintien du tissu social et participent au mieux-être de la collectivité.

Cette photo montre un extrait de la conférence de presse du 17 février. Les représentantes et les représentants de 6 régions ont pris la parole pour dénoncer la situation vécue par les organismes communautaires autonomes afin de réclamer un meilleur soutien financier à la mission globale ainsi que des mesures fortes pour davantage de justice sociale au Québec.
Une capture d’écran de la conférence de presse virtuelle expliquant l’action des organismes communautaires autonomes qui a eu lieu du 17 février 2021.

Derniers articles

La TROCL présente son nouveau logo

La TROCL présente son nouveau logo

Pour souligner son 25e anniversaire, la Table régionale des organismes communautaires autonomes de Lanaudière (TROCL) a présenté son tout nouveau logo. C'est lors de son assemblée générale annuelle, que celui-ci a été dévoilé aux membres. « Nous sommes très...

Le Soutenons-nous de juin 2021

Le Soutenons-nous de juin 2021

Le prochain webinaire Soutenons-nous aura lieu le mardi 15 juin 2021 à 10 h 15. Ce webinaire permet aux personnes d'échanger entre elles, ainsi qu'avec l'équipe de la TROCL, sur les réalités actuelles, les enjeux, les défis, les bons coups et les différentes...